Q&A – Le risque de transmission du virus par l’intermédiaire des aliments ou des surfaces est-il important ?

par | Mar 25, 2020 | Hygiène et sécurité des aliments

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Les données disponibles indiquent que la transmission indirecte par vecteurs passifs contaminés (surfaces, matériels, ustensiles, etc.) est possible, mais elle est estimée très faible. Le risque dépend en particulier des quantités de virus projetées sur les surfaces, impossibles à estimer. De plus, la présence de particules virales sur un support ne préjuge pas de leur caractère viable et infectant. La transmission indirecte est donc présumée, sans certitude absolue.

Le risque de transmission directe par l’intermédiaire de gouttelettes respiratoires est de loin le plus important (éternuements, toux, postillons).

 

Attention : les données disponibles concernent le virus en circulation. Même s’il semble que ce ne soit pas le cas actuellement, il n’est pas exclu qu’il puisse, au cours du temps et de son évolution, acquérir de nouvelles mutations et faire l’objet de recombinaisons génétiques. Ces mutations pourraient modifier les caractéristiques du virus, notamment ses facteurs de résistance.

François-Henri BOLNOT

François-Henri BOLNOT

A propos

Docteur vétérinaire, Docteur en microbiologie - Professeur de sécurité des aliments à l’Ecole nationale vétérinaire d’Alfort- Vétérinaire en Chef (esr) Service de santé des armées- Expert à la Cour d’Appel de Paris

Vous ne trouvez pas de réponse à votre question sur la plateforme ?
Envoyez-la et nous publierons la réponse pour la rendre accessible au plus grand nombre

Restez informé !

Restez informé !

Inscrivez-vous à notre newsletter afin d'être tenu au courant des dernières actualités et des prochains webinars.

Inscription réussie